Facebook Twitter Gplus RSS
formats

Contribution pour le PDU MPM

Published on 6 June 2013 by in Agir, Transports, Veiller

L’association Eco-relais a participé à la concertation liée à la définition du Plan de Déplacements Urbaine de  la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole.  Pour faire court, le PDU MPM.

Ci dessous, un extrait du contenu de cette contribution.

—————————————————————

L’association Eco-Relais est heureuse de participer à la concertation autour du plan de déplacement urbaine de la CU MPM. Ses contributions s’organisent sur deux plans :

  • Le PDU en général, sur le fonds et sur la forme,
  • Ses conséquences sur le territoire Côte Bleue – Marignane.

 Le PDU de la CU MPM en général

Il nous est difficile, en l’état actuel de notre connaissance du PDU, de nourrir un avis très détaillé sur son contenu. C’est essentiellement dû :

  • au niveau de détail proposé dans le document de concertation,
  • au manque de vision globale des transports sur le territoire lié à la multiplicité des AOT y opérant.

Le niveau de détail proposé dans la plaquette de concertation est faible. Nous regrettons que la totalité des documents liés au PDU, et notamment les éléments de diagnostic, ne soient pas accessibles sur le site internet de la CU MPM.

A titre d’exemple, nous aurions souhaité disposer de statistiques précises sur les nombres, les natures et les causes des déplacements sur le territoire, ainsi que leur évolution récente. Il nous est impossible en l’état de nous forger une opinion sur le potentiel de développement des transports en commun, et donc réagir à l’objectif affiché d’augmentation de 28%. D’autant qu’aucune information n’est donnée sur la montée en puissance de cette augmentation, les zones concernées, les moyens de transport correspondant et les moyens alloués pour y parvenir.

Ce manque d’éléments chiffrés, détaillés et planifiés nous rend pessimiste quant au suivi et à l’évaluation de ce PDU – qui ne comporte d’ailleurs aucun bilan du PDU précédent, ce que nous ne pouvons que regretter. Les même causes produisant les mêmes effets, une analyse des écarts entre ses objectifs  et les réalisations aurait du nourrir une démarche d’amélioration continue, dans laquelle le présent PDU se serait naturellement inscrit.

De manière générale, le PDU nous semble clairement manquer d’ambition, comme nous avons eu l’occasion de l’exprimer lors de la réunion publique qui s’est tenue fin 2012 sur la commune de Chateauneuf-les-Martigues. Le dimensionnement des parking-relais, par exemple, reste très faible au regard du nombre de véhicules et de déplacements quotidiens vers Marseille et les autres grandes villes.

Ce manque d’ambition nous apparaît lié à une vision étriquée des contraintes budgétaires. Nous invitons la CU MPM à raisonner, en matière budgétaire, de manière décloisonnée, pour ne pas dire systémique. Les enjeux économiques liés aux déplacements sont très nombreux, et ne semblent pas pris en compte dans la stratégie globale de développement du territoire. Citons notamment le manque à gagner économique lié au temps perdu dans les embouteillages, l’activité économique permise par le développement des infrastructures, ou encore les impacts sanitaires de la pollution liée aux transports routiers… Ces externalités, pour peu qu’elles soient analysées économiquement, rendent les investissements, et le dimensionnement du fonctionnement, en matière de transports en commun, largement bénéfiques sur un plan purement économique – sans même parler, donc, des impacts environnementaux.

Nous demandons ainsi à la CU MPM de conduire une analyse systémique des enjeux liés au plan de déplacements, et de revoir en conséquence son niveau d’ambition. Ne pas le faire conduit inexorablement à de mauvais arbitrages, et nous semble d’autant plus inadmissible en période de crise économique et financière.

 – – –

 La dispersion des compétences en matière de transport auprès d’un nombre important d’AOT ne saurait être reprochée en tant que tel à la CU MPM, qui la subit comme les autres AOT.

Pour autant, le PDU n’indique pas comment il prévoit de s’interfacer avec les programmes des autres AOT, et cela nous semble pourtant indispensable. Dans l’attente d’une réorganisation à venir de la compétence transport sur notre territoire, le PDU MPM devrait nécessairement s’intégrer dans cette perspective. Il nous apparait encore cloisonné, et auto-centré.

A titre d’exemple, le développement de l’offre TER n’est pas évoqué. Bien qu’il s’agisse effectivement d’une compétence du CR PACA, et non de la CU MPM, il nous est impossible de porter un jugement sur la pertinence des parkings relais près des gares SNCF sans savoir, à horizon 2023, quelle évolution est prévue pour les infrastructures et le trafic TER.

 – – –

 Pour clore ce chapitre, nous approuvons sur le principe les actions prévues autour de l’axe 5 du PDU. La sensibilisation des citoyens est nécessaire au bon usage d’une offre de transports diversifiée.

Pour autant, nous soulevons le point de vigilance suivant : le facteur limitant de la réduction des transports en voiture particulière sur notre territoire n’est pas le manque de sensibilité des citoyens, mais le manque d’offres alternatives de qualité. La nécessité de sensibilisation des citoyens ne doit pas servir de prétexte à un manque d’ambition sur le développement des offres alternatives à la voiture particulière.

 

Le PDU de la CU MPM sur le territoire Côte Bleue Marignane

Le PDU n’est pas très détaillé, et pas très riche, sur le territoire Côte Bleue Marignane. Les besoins de transports y augmenteront pourtant de manière significative dans les années à venir, si on en croit les prévisions de logements nouveaux à venir (3 500 logements nouveaux à Chateauneuf les Martigues notamment). Concernant la côte bleue, la seule information donnée dans le PDU concerne… un échangeur autoroutier, permettant de développer les transports par poids lourds pour desservir la future zone des Eguilles. C’est dire si l’on ne peut qu’être pessimiste, sur ce territoire, quand à l’évolution effective des déplacements en voiture particulière.

Plus au nord, la ligne BHNS Marignane – Les Pennes Mirabeau et la zone de correspondance des Florides vont dans le bon sens, mais ne suffiront pas à désenclaver le sud du territoire. Il reste impossible pour la majorité des habitants du territoire de se rendre à Aix en Provence, aux Milles ou même à l’aéroport sans prendre une voiture, et le PDU n’apporte aucune réponse à cette problématique.

En la matière, la dispersion des compétences transport sur le territoire n’intéresse pas les citoyens. Et l’on voit bien, sur notre territoire, toutes les limites d’un document rédigé par l’une des AOT qui n’intègre pas les programmes des autres.

De manière plus précise :

  • Nous demandons à très court terme l’harmonisation des horaires et des lignes de bus des différentes AOT concernées par notre territoire. Nous soutenons en cela la démarche de M. Olive, qui vous a été transmise dans le cadre de cette consultation.
  • Nous souhaitons la mise en œuvre d’un tram-train sur l’emprise des actuelles lignes de fret ferroviaires, permettant à terme de relier La Mède aux Milles,
  • Nous demandons un billet unique pour les habitants de la Côte Bleue Marignane se rendant à Marseille en transport en commun, avec une tarification adaptée,
  • Nous suggérons le développement de parkings relais à deux échelles :
    • De grandes capacités au niveau des gares TER
    • Des capacités plus réduites, mais des parkings plus nombreux, au niveau des arrêts de bus permettant aux habitants enclavés de rejoindre les gares TER (calanquais notamment)
  • Nous souhaitons une augmentation des dessertes en bus de nos communes. Si leur taux de remplissage actuel reste faible, nous considérons que c’est dû à :
    • un manque de communication auprès des usagers,
    • un manque de cohérence globale des réseaux sur notre territoire
    • … et non à un manque d’intérêt des citoyens : ce ne doit pas être un prétexte pour l’immobilisme.
  • En matière de pistes cyclables, tout ou presque reste à faire sur nos communes. Les quelques pistes qui ont été créées ne sont pas reliées entre elles au sein des communes, et encore moins d’une commune à l’autre. Comment les services de la voirie de la CU MPM ont-elles été associées à la préparation de ce PDU en la matière ? Sur quelles prévisions de développement pouvons-nous compter ? Le document de concertation n’aborde pas ces points.

 

Ainsi, sur notre territoire, ce sont surtout les plans locaux de déplacements qui apporteront les réponses aux questions légitimes des citoyens. En la matière, la formulation utilisée dans le document (« il est prévu d’adapter localement le plan de déplacements urbains…)  nous semble d’autant plus insuffisante que ces dispositions étaient prévues dans le cadre du plan précédent, et n’ont pas été suivies d’effet.

Nous demandons un engagement fort de mise en œuvre et de suivi de ces plans locaux de déplacements, par la Communauté Urbaine et les communes concernées. Nous souhaitons être associés le plus en amont possible à ces démarches.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 
formats

Une belle AG !

Published on 6 June 2013 by in Gouvernance

Comme vous le savez, notre Assemblée Générale s’est (presque) tenue vendredi dernier au centre aéré du Jaï.
Presque… parce que les échanges ont été si riches que nous avons décidé de ne pas risquer de briser la dynamique en prenant les 20 mn formelles dont on aurait eu besoin pour l’AG.

Car oui, les échanges ont été riches : nous avons eu le plaisir et l’honneur de recevoir une demi-douzaine d’élus au CR PACA, mais aussi le Maire d’Ensuès la Redonne, Michel Illac, et son premier adjoint en charge de l’environnement, du développement durable et de l’urbanisme (Frédéric Ounanian), et encore deux élus de Châteauneuf-Les-Martigues, (Rolande Kiegel, Déléguée au Développement Durable, à l’Aménagement du Territoire et à l’Environnement et Jean-Baptiste Saglietti). Bref, un ensemble d’élus, au delà des logiques partisanes, qui sont des partenaires naturels de notre association. Pierre Calfas, Président de FNE 13 (réseau d’associations environnementalistes auquel nous avons adhéré il y a peu, et qui s’implique fortement dans toutes les concertations locales, régionales et nationales), nous a aussi fait le plaisir de sa présence, et de ses points de vue.

Plusieurs thèmes ont été abordés avec nos invités : la réouverture du cana du Rove, l’avenir économique de notre territoire, les transports, la métropole… Autant de sujets qui nous concernent directement, et sur lesquels nous resterons actifs.

Les échanges ont surtout été très conviviaux, sans langue de bois. Les participants en garderont un bon souvenir.
Pour ma part, j’en garderai la conviction profonde que, oui, notre association est utile, et que oui, son positionnement est le bon. Nous sommes bien sur limités par des moyens limités… mais le succès de cette soirée montre surtout à quel point notre territoire, ses acteurs institutionnels, et ses citoyens ont besoin de l’engagement associatif que nous portons ensemble.

Mais aussi et surtout, autour du buffet préparé avec l’aide de plusieurs d’entre vous (merci encore !), il y a eu beaucoup d’échanges personnels, informels, malgré le mistral. On a appris à mieux se connaître, on a discuté… Bref on a favorisé des liens entre nous et avec d’autres. Rien que cela est une réelle satisfaction, à l’heure où nous avons tous tendance à nous recroqueviller un peu sur nous mêmes.

Le bureau reviendra vers les membres de l’association très prochainement pour fixer une nouvelle date pour la tenue formelle de notre AG annuelle.Il nous faut être attentifs sur cette question de la gouvernance, en interne, si nous voulons être crédibles dans nos messages en matière de gouvernance vis à vis de l’extérieur.

A bientôt donc,

Gwenaël.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 
formats

Eco-relais adhère à FNE 13

L’association a adhéré cette année à France Nature Environnement – Bouches du Rhône.

FNE13 s’appelait auparavant UDVN13 (Union Départementale Vie Nature). c’est un réseau d’associations environnementales, fédérées au niveau départemental, puis régional, puis national. FNE est notamment très active dans le cadre des concertations publiques sur les projets territoriaux (plans locaux d’urbanisme, plans de déplacements urbains, etc…). L’association est ainsi présente dans un grand nombre de comités.

Plus d’informations sur http://www.fnepaca.fr/

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 
formats

Assemblée générale – le 31 mai 2013

Published on 26 May 2013 by in Informer

L’association Eco-Relais a poursuivi son action en 2012 et début 2013, sur notre territoire de la Côte-Bleue et de Marignane :

  • favoriser les échanges et la transmission des connaissances et d’informations relatives à l’environnement et au développement durable,
  • favoriser l’engagement des acteurs (citoyens, associations, entreprises, collectivités territoriales…) pour l’écologie, la protection de l’environnement, le développement durable et la démocratie participative,
  • être groupe de pression, force de proposition et acteur de vigilance auprès des acteurs locaux pour faire avancer ces thématiques.

Parmi les actions conduites cette année, nous avons notamment activement participé à l’agenda 21 de Chateauneuf-les-Martigues, remporté un beau succès pour la sauvegarde des chèvres sauvages du massif de La Nerthe, préparé et co-animé un débat sur la transition énergétique… Nous avons enfin adhéré à France Nature Environnement – Bouches du Rhône (FNE 13) pour travailler en réseau, et démultiplier notre action.

Pour l’année à venir, les projets ne manquent pas – à commencer par l’organisation de la seconde journée de l’écologie, le 06 octobre prochain.  Plus que jamais, chacun pourra participer, proposer, s’impliquer, sur les sujets de son choix et au niveau qui lui convient.

La Soirée Eco-Relais sera l’occasion d’échanger sur l’environnement et le développement durable, sur notre association et ses projets :

    • Des temps d’échange thématiques :
      • Le Plan de Déplacement Urbains : ce que MPM nous prépare pour les années à venir,
      • « Marchons vers l’école » : les Pedibus, ça marche !
      • Rencontre avec quelques élus locaux et régionaux
    • L’Assemblée générale de l’association
    • La présentation des projets pour les mois à venir

Un apéritif dinatoire  sera enfin proposé pour permettre un moment convivial entre membres et non-membres de l’association.

Nous vous donnons donc rendez-vous le 31 mai 2013 à partir de 18h, au Centre aéré du Jaï.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 
formats

Que de sigles !

Published on 12 November 2012 by in Informer

C’est un besoin largement exprimé par nos membres : apprendre à s’y retrouver parmi tous les signes et acronymes que l’on entend fréquemment, sans savoir exactement de quoi il retourne…

Nous en avons sélectionné quelques-uns :

Agenda 21

Plan d’actions pour un développement durable à l’échelle d’un territoire, dans une démarche de concertation avec la population

Bilan Carbone

Méthode d’évaluation des émissions de gaz à effet de serre, responsables des changements climatiques, liées à une activité économique ou à un territoire

DREAL

Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement. Elle représente en Région l’Etat, pour ce qui touche notamment à l’environnement.

DSP – Délégation de Service Public

Par lequel une collectivité locale confie au secteur privé la gestion d’un service public, dans le domaine de l’eau ou de l’énergie notamment.

ICPE – Installation Classée pour la Protection de l’Environnement

Statut d’une installation industrielle qui lui confère des devoirs spécifiques en matière environnementale – comme l’information du grand public, les plans de prévention des risques, les modalités de traitements des déchets… Sous le contrôle de la DREAL

Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Natura 2000 concilie préservation de la nature et préoccupations socio-économiques. En France, le réseau Natura 2000 comprend 1753 sites.

PADD – Projet d’Aménagement et de Développement Durable

C’est un document politique exprimant les objectifs et projet de la collectivité locale en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans. Il répond au principe de développement durable qui inscrit le P.L.U. dans des objectifs plus lointains que sa propre durée.

PCET – Plan Climat Energie Territorial

Un plan climat-énergie territorial (PCET) est une démarche de développement durable axée spécifiquement sur la lutte contre les changements climatiques. Concrètement, un PCET apparaît comme un projet de territoire axé sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la réduction de la dépendance énergétique et la limitation de la vulnérabilité climatique en permettant d’adapter les territoires sur les court, moyen et long terme. Cette démarche participative est co-construite entre les décideurs, l’ensemble des services des collectivités territoriales et tous les acteurs du territoire (collectivités, acteurs socio-économiques, associations, entreprises, universités, habitants…).

PDU – Plan de Déplacement Urbain

Un plan de déplacements urbain détermine, sur un territoire, l’organisation du transport des personnes et des marchandises, la circulation et le stationnement. Tous les modes de transports sont concernés, ce qui se traduit par la mise en place d’actions en faveur des modes de transports alternatifs à la voiture particulière (VP) : les transports publics (TP), les deux roues, la marche… De même, un PDE (plan de déplacement entreprise) détermine les modalités de déplacements et de transport liés à une entreprise. Il existe aussi des PDIE, plans de déplacements interentreprises

PLU – Plan Local d’Urbanisme

En France, le plan local d’urbanisme (PLU) est le principal document d’urbanisme de planification de l’urbanisme au niveau communal ou éventuellement intercommunal. Il remplace le plan d’occupation des sols (POS) depuis la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite loi SRU1.

PNR – Parc Naturel Régional

En France, un parc naturel régional (PNR) est créé par des communes contiguës qui souhaitent mettre en place un projet de conservation de leur patrimoine naturel et culturel partagé sur un territoire cohérent (parfois en dehors des limites administratives classiques). La création d’un parc nécessite une labellisation par l’État et doit concerner un territoire remarquable, dont il est souhaitable de protéger la qualité paysagère et le patrimoine naturel, historique ou culturel. La Charte d’un parc naturel régional définit le programme de conservation, d’étude et de développement à mettre en œuvre sur le territoire, généralement sur une période de 12 ans.

PPRT – Plan de Prévention des Risques Technologiques

Le PPR est un document réalisé par l’État qui réglemente l’utilisation des sols à l’échelle communale, en fonction des risques auxquels ils sont soumis. Cette réglementation va de l’interdiction de construire à la possibilité de construire sous certaines conditions. Les risques à prendre en compte sont anthropiques  (liés à l’activité humaine : risques industriels notamment) et/ou naturels

SCOT – Schéma de Cohérence Territoriale

Le schéma de cohérence territoriale ou SCoT est un document d’urbanisme qui détermine, à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire à moyen et long terme  visant à mettre en cohérence l’ensemble des politiques sectorielles notamment en matière d’urbanisme, d’habitat, de déplacements et d’équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé.

SRADDT

Le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT) ou anciennement Schéma régional d’aménagement et de développement du territoire (SRADT) précise les orientations fondamentales et à moyen terme du développement durable d’un territoire régional et ses principes d’aménagement. En principe, tous les documents de planification régionaux et des territoires de a Région  devraient être conformes au SRADDT – mais il n’y a pas d’obligation forte en la matière.

TVB – Trame Verte et Bleue

La « Trame verte et bleue » désigne officiellement depuis 2007 un des grands projets nationaux français issus du Grenelle de l’Environnement. Elle est constituée de l’ensemble du maillage des corridors biologiques (existant ou à restaurer), des « réservoirs de biodiversité » et des zones-tampon ou annexes (« espaces naturels relais »). Elle vise à enrayer la perte de biodiversité alors que le paysage est de plus en plus fragmenté.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 
formats

Sauvons les chèvres sauvages du massif de La Nerthe

Chers amis,

Nos associations ECO RELAI etASL se sont associées pour essayer de sauver le troupeau de chèvres sauvage qui vit dans le massif de la Nerthe depuis 20 ans. Elles sont actuellement une cinquantaine, chèvres, boucs et chevreaux, des naissances sont prévues pour Pâques .

Or deux individus cherchent au travers de reportages médiatisés à outrance (TF1 et journaux) d’obtenir de la préfecture l’abattage et la destruction du troupeau.

Ces animaux sont le patrimoine vivant de notre commune, et des auxiliaire indispensables dans la lutte contre les feux de forêt. Toutes les associations se mobilisent pour empêcher ce désastre écologique, qui relève seulement de l’intérêt de deux personnes qui se lient pour nuire a nos protégées.

L’un et le responsable de la SAFER locale, et l’autre est un agriculteur propriétaire de vieilles vignes de plans hybrides qui sont bonnes pour l’arrachage.

 

La loi est que les animaux domestiques en divagation doivent être abattus, mais le Préfet des Bouches du Rhône, on le comprend, refuse de signer cet ordre, et ces tristes sires n’écoutant que leur intérêt, sont déterminés à obtenir l’exécution de cet arrêté.

 

Tout ce qu’ils ont écrit ou dit concernant ces animaux est faux : sur la contagion, sur les dégâts, le nombre, sur les dommages  causés aux automobilistes… Le seul fait avéré et quelles ont brouté les bourgeons des mauvaises vignes sus nommés. La fondation Brigitte Bardot a proposé de clore et de grillager tous les terrains de cet agriculteur, qui a bien sure refusé!!!!!! Pourquoi?…..

Depuis un an, au travers de dépôt de plaintes répétitives auprès de la gendarmerie, de la police municipale et nationale, la pression augmente. Qui est a l’ origine de ces plaintes ? Nous pourrons le savoir, si Monsieur le Procureur de la République nous autorise une levée des mains courantes établie sur le sujet … Lettre recommandée envoyée!!!!

D’ores et déjà, tout le monde est sur le pont ! C’est en multipliant les contacts avec vos réseaux et amis que le maximum de signatures pourront faire taire ces individus.

 

Le massif forestier fait  10 000 ha

La surface boisée étatique est de 1 800 ha ,

La surface boisée privée est de 2 700 ha dont 900 ont été incendiés par un “être humain” qui avait décidé de brûler sa voiture pour en tirer de l’argent de son assurance ………!

Les propriétaires privés sont adhérents d’une association, A S L, ils sont 155 et bien décidés à conserver les chèvres pour se protéger des incendies.

 

La fédération de chasse des Bouches du Rhône et son antenne locale de Chateauneuf, les comités des feux, les associations de randonneurs, les propriétaires du massif boisé, l’office du tourisme, l’office de protection du patrimoine, les scientifiques du C N R S (qui étudient le comportement de ces animaux), La fondation Brigitte Bardot, … et bien d’autres qui nous rejoignent à ce jour, sont prêts a engager la lutte contre cette immense bêtise que serait l’abattage de ce magnifique troupeau.

Pour ma part, je fais souvent visiter les sites préhistorique aux enfants des écoles, la rencontre avec le troupeau est féerique, magique, les écoliers sont tout de suite transporté 10 000 ans en arrière au milieu d’une nature sauvage.

 

Excusez ce texte un peu long, il est à la mesure de notre indignation et de la honte que nous avons à appartenir a une espèce humaine capable de générer de tel individus.

Signez  S V P  et transmettez à vos amis pour que la chaine solidaire ait un effet boule de neige

 

Pour “ECO RELAI”  et “A.S.L ”

Sylvie et Toomaï

 

http://www.petitionduweb.com/Petition_sauvons_les_chevres_de_la_nerthe-11105.html

 

Merci pour elles.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
2 Comments  comments